Rechercher
  • Carole

Pourquoi Je ne me Pèse pas Enceinte.

Parmi les questions que l'on me pose beaucoup depuis l'annonce de ma grossesse, celle de mon poids revient fréquemment. Et pour cause, c'est un chiffre qui évolue en fonction de l'avancement de la grossesse et qui permettrait (en théorie) de comparer sa prise de poids par rapport à une autre femme au même stade que moi.




Dès la découverte de ma grossesse, j'ai fait le choix de ne plus monter sur ma balance afin de me préserver de ce stress qui est à mon sens inutile. Ma prise de poids ne définit en rien la bonne santé ou la bonne progression de ma grossesse (à la différence de la taille de mon uterus, que mesure ma sage-femme tous les mois). C'est simplement un chiffre qui peut, de part son référentiel tout à fait anormal, induire chez moi (et certainement chez d'autres femmes) une véritable psychose. Voir le chiffre grimper sans jamais redescendre comporte quelque chose d'angoissant que je n'ai jamais vécu auparavant : la grossesse.


L'Enceinteté vs Grossesse

Le terme de grosse-sse m'a toujours dérangé car son etymologie datant du 12ème siècle reflète bien cette notion d"épaisseur, grosseur, dimension", derrière laquelle se cache non pas la gestation, c'est à dire la création, mais bien l'aspect "gros" de ce ventre qui porte la vie. Parler du poids de la femme enceinte, c'est un peu entretenir de manière insidieuse cet état de grosseur comme étant plus important que la raison, c'est un peu comme parler de la cause et non de la conséquence : la création miraculeuse d'un être en son soi.


Ni un Mal, ni un Remède

Ce poids qui grandit, certainement, chaque semaine, ne représente pas un mal. Il n'est pas comparable au réflexe du retour des fêtes de Noël, où l'on se pèse à son retour de vacances pour savoir "combien on a pris". Car ce poids est inhérent à cet enfant qui grandit en moi. Qu'il me fasse plaisir ou peine, ce poids doit augmenter. Mon corps fait de la place, nourrit, protège, organise la vie de mon bébé in utero. Quand je dis que mon poids n'est un ni mal ni un remède, c'est qu'il n'existe rien que je ne puisse faire pour empêcher ce poids de grandir sans altérer la qualité des soins fournis par mon corps. Au final, pourquoi aurais-je besoin, donc, de me peser ?


Mon Poids, cette Grande et Longue Histoire de Désamour

J'ai toujours eu un relationnel compliqué avec mon poids depuis l'adolescence. A cause de troubles alimentaires, je me suis pesée parfois jusqu'à six fois par jour. Je suis tout à fait consciente de ne pas avoir eu un rapport sain à mon poids et mon corps pendant de nombreuses années. Ne pas me peser, c'est aussi le meilleur moyen pour moi de ne pas retomber dans ces psychoses de ma jeunesse, et de ne pas relancer un débat interne avec moi-même qui serait contre-productif, voire nuisible à mon bébé.



Alors pour toutes ces raisons je ne me pèse pas. Ma sage-femme me pèse, garde précieusement pour elle le chiffre, me demande ce que je mange, m'invite à diminuer ou augmenter certains aliments, mais nous ne parlons pas de poids. Nous parlons santé, nous parlons taille de mon uterus, qu'elle mesure tous les mois, nous parlons de nutrition. Si je voulais vous parler de ce sujet aujourd'hui, c'est justement car j'ai reçu de nombreux messages de femmes me demandant combien j'avais pris et je ne savais pas quoi leur dire à part "je ne me pèse pas". Surtout, j'ai envie de me protéger, moi, ma bande passante, mon énergie mentale, de ce sujet conflictuel et j'aimerais dire aux femmes enceintes qui, comme moi, angoissent sur le sujet du poids, que parfois ne pas se peser est la solution la plus simple.

Posts récents

Voir tout