Rechercher
  • Carole

Le Télétravail à 100% est-il Possible?

Le débat sur le télétravail ne date pas d'hier mais la crise du COVID a permis de généraliser cette pratique souvent diabolisée par le passé que certaines entreprises supposaient être l'apanage de salariés peu impliqués, profitant du distanciel pour lever le pied.

La génération startup, très digitalisée dans ses outils et sa culture, a permis de généraliser ce sujet sur lesquels certains grands corporate avaient également été très avancé. La crise sanitaire du COVID, qui fait rage depuis presque un an désormais, a généralisé d'autant plus cette pratique.

Et pourtant.


Le Télétravail d'Avant

Dans l'ère pré-COVID chez JOONE, le télétravail était une option offerte aux salariés qui l'utilisaient principalement dans deux cas de figure : ceux souhaitaient avancer dans le calme de leur domicile sur des sujets très stratégiques ou des sujets très data qui nécessitaient une durée de concentration élevée, moins faisable au bureau où les autres équipes pouvaient venir parfois à leur bureau avec une question ou un besoin. Autre cas : les impératifs personnels : garde d'enfant malade, visite d'un prestataire tel EDF ou fournisseur d'accès internet, rendez-vous personnels dans la journée ... plus simple d'autoriser le télétravail que d'imposer la prise d'un congé garde d'enfant (perte de salaire) ou d'un RTT (perte de vacances).


Arrive le COVID

(je fais partie des rebelles qui disent le COVID et non la COVID)

Dès le démarrage de l'épidémie COVID, nous l'avons prise très au sérieux. Nous avons été strict dans l'application des règles et des décrets. Et pour cause, j'ai repris en direct début 2020 la gestion RH, qui avait été transférée en 2018 à mon directeur des opérations, et mon mari est spécialisé en droit social. Le ministère du travail a en effet passé le 14 mars 2020 un décret fermant les entreprises et de facto interdisant la présence au bureau. Nous avons donc fermé notre château Victoire (notre première office manager Hedwige appelait le bureau "le Château + le nom de la rue, et cette habitude est restée) de mi mars à début juin.

Début Juin, nous avons ré-introduit de manière graduelle le présenciel jusqu'aux vacances d'Aout, sans jamais n'avoir de cas ni cluster. Nous avions un protocole COVID solide, notamment avec distribution illimitée de masques, de gel hydroalcoolique, prise de température. Et alors que la première année anniversaire des confinement approche, je constate que nous n'avons jamais été réunis tous ensemble depuis le 13 Mars de l'année dernière, annulant tous nos off-sites (JOONING & CHILL) , nos rendez-vous (WEI, journée à Disney, Team building), nos soirées JOONIES (anniversaire de JOONE, crémaillère du nouveau bureau, soirée de Noël, etc).


Une Rentrée (presque) sans COVID

A la rentrée de Septembre, nous avons continué de proposer aux équipes un mélange de télétravail et et présentiel car l'épidémie était à l'époque (sensée être) sous contrôle. Nous avons fermé le bureau par deux fois lors que nous avions un cas contact au sein de l'équipe afin de protéger le reste de la team contre la diffusion potentielle du virus. La résurgence du virus, les incertitudes sur les annonces, l'impossibilité d'être présent physiquement tous les jours commençaient à peser sur les équipes qui pensaient, comme beaucoup d'entre nous, que le COVID était derrière nous. Nous avons mis en place de nombreux outils pour accompagner nos équipes, notamment MOKA CARE qui propose un accompagnement coaching / psychologique individuel, en groupe et en ligne pour accompagner au mieux nos salariés.

Ce qui explique que l'arrivée du deuxième confinement a été particulièrement difficile pour l'équipe. Nous avons refermé le bureau et nous en avons profité pour déménager. Nous avons été très strict sur le sujet, notamment car nous étions en plein déménagement, mais aussi pour être au plus proche des recommandations du gouvernement. Le bureau est resté fermé jusqu'au 11 janvier avec des présences extrêmement limitées au bureau sur Décembre, réservées uniquement aux opérations physiquement essentielles (préparer des portages presse, valider des formules cosmétiques etc)


2021 : Quel Avenir pour le Télétravail ?

En décembre, il fallait se rendre à l'évidence : le covid était là pour rester. Nous avons fait un sondage interne anonyme pour demander à notre équipe ce qu'ils voulaient faire en terme de télétravail. 96% de nos salariés ont demandé à revenir un minimum de 2 jours par semaine. Seul 4% de nos salariés ne voulaient pas revenir ou uniquement un jour par semaine. Très difficile avec ces chiffres d'imposer le 100% télétravail à une équipe qui exprime un fort besoin de revenir, d'avoir une interaction humaine. Il fallait donc mettre en place d'autres règles, afin de protéger nos salariés du covid mais aussi de préserver leur santé mentale.

Dès le 11 Janvier, nous avons mis en place avec le partenariat de Medicalib des permanences de testing à la réouverture afin de donner aux salariés la possibilité de se faire tester (sur une base du volontariat) en quelques minutes. Après avoir étudié pendant une semaine la possibilité d'imposer une journée de présence au bureau après l'annonce du ministère du travail, nous avons finalement défini une présence sur une base de volontariat avec un planning à la semaine.

Nous avons regardé les obligations et recommendations gouvernementales afin d'établir des règles précises. Aujourd'hui, nous pouvons accueillir au maximum 28 salariés par jour dans nos bureaux de 800m2 pour une jauge de 28m2 par collaborateur, soit 7x la jauge officielle pour un bureau fourni par le ministère du travail (4m2) ou 3.5x la jauge officielle du protocole sanitaire dans les commerces.

Nous imposons une repartition équitable dans les open spaces pour éviter les cluster par espace. Par exemple, l'équipe Marketing qui a 20 membres peut faire venir uniquement 8 personnes en même temps, afin d'éviter d'avoir un open space surchargé et deux autres vides.

En moyenne sur Janvier, nous avions 23 collaborateurs de présents soit 35% de notre équipe. Certains viennent plusieurs fois par semaine, certains n'ont pas encore vu notre nouveau bureau. Nous essayons de nous adapter au mieux entre les besoins de nos salariés et les demandes du ministère.


Je lis depuis plusieurs jours beaucoup d'articles appellant les dirigeants à être responsables, sous-entendant à imposer 100% de télétravail. Je n'aurais aucun problème à refermer le bureau si le ministère nous l'impose, mais il me semble aujourd'hui impossible d'imposer à mon équipe de ne plus venir du tout sachant que tout est mis en place au bureau pour assurer leur protection contre le COVID. Il me semble impossible de rationaliser pour une équipe qui a toujours respecté les règles qu'ils ne peuvent pas venir au bureau avec une jauge de 28m2 alors qu'ils sont autorisés à prendre le métro ou à faire la queue au supermarché.

Nous nous devons aussi d'être sensible au côté humain, émotionnel, mental et de permettre, en effet, à ceux qui sont très angoissés à l'idée d'être au bureau de ne jamais y être, mais de permettre également à ceux qui le souhaitent de pouvoir y venir.



Posts récents

Voir tout
  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon

© 2020 by Carole Llewellyn

All texts & images belong to the author and may not be reproduced without permission.