Rechercher
  • Carole

Comment Cultiver sa Résilience en tant qu'Entrepreneur?


Grâce au podcast “GAME CHANGER” d’Ophélie Duvillard, j’ai pu échanger sur des sujets dont on parle beaucoup plus rarement mais qui sont indispensables au quotidien dans l'entrepreneuriat : la liberté, l’affirmation de soi ou encore la capacité à gérer ses émotions. Je me suis donc posé cette question : La résilience a-t-elle des limites ? Notre capital résilience a-t-il une fin ?

Personnellement, je pense que la résilience est une compétence qui se travaille et qui s’entretient sur le long terme. Pour gérer une entreprise, il faut savoir gérer ses émotions et encaisser les coups. C’est un travail qui se fait sur la durée. Lorsque je venais de créer JOONE, j’avais tendance à me laisser dépasser par mes émotions trop facilement et chaque année qui passe, je me sens plus solide et sereine dans mon rôle de CEO.


De l'Importance de bien se Connaître


Je suis coachée depuis presque 3 ans et je vois des psy depuis que je suis jeune, j’ai donc toujours eu l’habitude de mener une réflexion sur moi-même et de me remettre en question. Ce qui a ses avantages et ses inconvénients.


Dans un monde idéal il est important d’avoir un miroir : que ce soit un coach, un partenaire de vie, quelqu’un avec qui on a une parole très libérée. Attention cependant car la vérité n’est pas toujours facile à entendre et même les personnes qui te connaissent le mieux n’arriveront pas toujours à faire un retour objectif sur la personne que tu es réellement. C'où l'importance d'avoir une personne extérieure (coach, psy) qui permet d'être un miroir objectif.



Savoir ce que l’on Veut


Je pense que la raison principale pour laquelle j’ai monté ma propre entreprise c’est que j’aime profondément créer. Que ce soit dans le fait de créer une boite, un produit, un livre… Je trouve toujours la même énergie dans la création, et c'est clairement ce qui me motive au quotidien.


La seconde raison, était la volonté d’avoir un impact. Lorsque l’on écrit un livre, on a un impact très intime sur les gens mais lorsque l’on vient bouleverser toute une industrie en créant une entreprise comme JOONE, c’est complètement différent. Bien évidemment, créer sa boîte demande aussi certains compromis mais lorsque tu es sûr(e) de ce que tu veux, ce ne sont finalement que des moyens d’atteindre ton objectif et donc de cultiver ta résilience.


S’affranchir de ses Limites


Lors de mes études aux USA, j'ai suivi des cours de “creative writing”, qui est en gros un cours d'écriture pour romanciers. Une professeur m’a dit : “la plus grande censure que tu auras pour tes idées dans un livre, ce sera toujours toi. Les choses dont tu t'interdiras de parler, que tu t'interdiras d'écrire”. La réalité c’est que dans l’écriture comme dans la vie, toutes les limites, les doutes, les peurs que l’on rencontre ne viennent pas (uniquement) de l’extérieur mais très souvent de nous-même. Il faut être capable de s’affranchir de ses propres limites pour réussir à avancer et être libre. Mais cela demande un énorme travail sur soi.


L’absence de limite pour soi ne veut pas dire qu'elle empiète sur la liberté des autres. Cela restera quelque chose de difficile à accepter pour les autres. Quand j'ai lancé JOONE, j'ai décidé de faire 0 compromis. Pour une raison très simple qui était que j'en avais trop fait dans ma précédente expérience et que cela ne m'avait rien apporté. Je n'avais plus envie de faire plaisir à tout le monde, mais de m'engager pour quelque chose de fort. Cette prise de position a payé, mais elle a aussi un coût, humain, émotionnel.

Il faut donc s’affranchir de ses limites mais il est également important de se protéger et de ne pas donner 100% de qui nous sommes à tout le monde.


Apprendre à gérer ses Emotions


On croit toujours qu’une entreprise qui réussit est une entreprise qui n’a aucun problème. En réalité, même dans une entreprise qui grandit bien, il y a toujours des problèmes. Plus l’entreprise grandit, plus les problèmes, même petits, vont avoir un impact . Dans ces moments-là, il est fondamental d’arriver à absorber ces intrusions sans qu’ils te détruisent. C’est pour cela qu’il faut savoir distinguer ses émotions en tant que CEO et ses émotions personnelles. C’est un exercice qui demande beaucoup d'entraînement, et dans lequel le temps est le seul allié.

En fondant JOONE, j’ai dû apprendre à gérer mes émotions pour trancher et prendre des décisions rapidement. Beaucoup d’outils peuvent aider : la méditation, l’écriture, l’échange et la discussion... Il est important de réussir à exprimer de manière saine l’émotion qui est en train de te submerger pour l’accepter. Je gère donc toujours JOONE en tant que CEO de JOONE, et non en temps que Carole.



Affirmer son Soi


J’ai toujours été entourée de femmes fortes et indépendantes dans ma famille et je pense que l’affirmation de soi fait donc partie de la construction de ma personnalité. Lorsqu'on me demande quels roles modèles m'ont inspirées, on s'attend à ce que je parle de femmes business très fortes, célèbres. Mais je réponds souvent ma mère et mes deux grands-mères, qui ont toutes trois des vrais caractères, indépendantes, fortes, avant gardistes, et qui m'ont inculquée par leur modèle des valeurs fortes.


L’une des choses les plus importantes à retenir lorsque l’on crée sa boîte, c’est d’être en phase avec ses valeurs et de toujours être au plus proche de soi-même. Il ne faut pas vouloir plaire à tout le monde. Si en étant soi-même cela ne plaît pas aux autres, alors au moins ce sera pour les bonnes raisons. En tant que comédienne, écrivaine et même professeure on a souvent jugé ou cherché à modifier mon apparence parce que ça ne renvoyait pas la “bonne image”. Quand j’ai créé mon entreprise, j’ai décidé d’assumer qui j’étais à 100%, quitte à ne pas toujours plaire à tout le monde


L’affirmation de soi passe aussi par les prises de position. En tant que CEO, la prise de position sur certain sujet ou à l’inverse, le manque de prise de position, peut être vu comme une agression potentielle par d’autres. À titre personnel, j’essaie de faire le tri entre les combats qui méritent d’être menés publiquement et ceux que je préfère garder sur un niveau personnel, et d'accepter qu'il faut du temps pour se sentir à l'aise avec une prise de position. Aujourd’hui, lorsque je me retrouve par exemple dans une situation de sexisme ordinaire, je n’ai plus peur de dire que je ne suis pas d’accord, alors qu'il y a quelques années, je ne m'en serai pas sentie capable.



Posts récents

Voir tout