• White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon

© 2020 by Carole Llewellyn

All texts & images belong to the author and may not be reproduced without permission.

  • Carole

Le Nom X Des Gens


J'ai longtemps appelé nomologie l'art de savoir ce qui se cache derrière un nom– à tort. Comme souvent avec les mots que je ne connais pas en français, je prends le mot anglais et je le calque en français, c'est ainsi que namology (qui n'existe pas, au passage) est devenue nomologie. C'est mon correcteur pour Une Ombre Chacun qui m'en a fait la remarque, de sa belle écriture griffonnée sur un coin de la page, en m'expliquant que l'étude des noms propres en français se disant "onomastique" et pas nomologie, qui fait référence à l'étude des lois.

L'onomastique, donc.

Je me suis toujours demandée pour Benjy s'appelait Benjy, pourquoi Quentin s'appelait Quentin, comment Romeo était devenu Romeo et pourquoi était-ce Juliet et pas Catherine ou Claire dont il était tombé amoureux. Les choix des noms des auteurs sont complexes, souvent indicibles et ils meurent dans l'abime de la création avec la dernière page du livre.


Je me pose cette question car j'ai eu du mal à trouver le bon prénom pour le personnage féminin de mon prochain livre. Mon personnage avait un prénom de travail qui était "bien mais pas top" en attendant que je trouve son prénom, celui qui serait à elle, celui qui serait elle, uniquement elle. Un jour alors que j'étais dans un bus (ou un train?) il est venu à moi mais je ne l'ai pas noté, pensant à tort que je pourrais m'en souvenir jusqu'à la maison tellement il était une évidence. J'ai mis trois semaines à le retrouver dans les méandres de ma mémoire mais ca y est, mon personnage féminin a retrouvé son prénom, le sien, uniquement le sien.

Le choix des prénoms pour Une Ombre Chacun était à la fois simple et compliqué. Il fallait pour Clara et Seven des prénoms qui se rapprochent des prénoms des personnages de Mrs. Dalloway. J'ai travaillé avec Clarissa pendant un moment mais je n'étais pas convaincue de la pertinence de laisser le prénom choisi par Virginia Woolf. Au pire, cela aurait été prétentieux, au mieux cela aurait dénaturé le personnage en lui forçant une ascendance dont elle était dépourvue. Car Clara n'est pas Clarissa, elle partage une ombre, un goût de l'ennui, un questionnement profond sur le sens de sa vie mais les deux personnages sont bien distincts. Tout comme Seven, l'alter ego de Septimus. Tous deux sont marqués par des guerres disparates, deux époques, deux arts de la guerre.

Les prénoms des personnages secondaires sont un peu plus le fruit du hasard. Il me fallait un équivalent français, contemporain mais bourgeois de Richard, et j'ai trouvé que Charles remplissait bien ces critères. Souvent je cherche au hasard sur un annuaire ou une liste de prénoms comme il en existe sur internet. Après tout choisir un prénom est une étape, une façon de donner naissance à un personnage. J'essaye de ne pas donner des prénoms de gens qui me sont proches pour ne pas créer chez eux l'impression que le personnage fut une inspiration directe, ni pour qu'un doute n'existe.

La seule liberté que je me permets: quand je n'ai pas une grande affection pour un personnage, j'essaye de lui donner un prénom que je n'aime pas beaucoup. Et vous, comment choisissez-vous les prénoms de vos personnages?

Une Ombre Chacun, éditions Belfond. Avril 2017. En pré-vente sur FNAC.COM.

--- Carole Llewellyn. All Rights Reserved 2017.

#littérature #publication #roman #livre #livres #nom #shakespeare