• White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon

© 2020 by Carole Llewellyn

All texts & images belong to the author and may not be reproduced without permission.

  • Carole

De mon bi-culturalisme (est-ce vraiment un mot?)


Une question à laquelle j'ai souvent droit attrait à mon nom anglophone. La plupart des gens l'écorchent en le prononçant, ce qui ne me gêne pas, et me demandent qu'elle est son origine et enchaînent ensuite en me demandant si je suis américaine. C'est là que les choses se compliquent.

Je suis ce qu'on appelle une biculturelle. J'ai été élevée en France mais j'ai passé une partie de ma vie aux Etats-Unis et je parle et j'écris dans les deux langues indifféremment. Je suis attachée à mes origines françaises mais quand je descends de l'avion aux Etats-Unis, j'ai toujours cette impression étrange d'être rentrée à la maison.

Ma culture est très anglophone, et ce bien avant l'avènement d'internet. Toute petite je regardais beaucoup de films américains (merci Canal + et la VO car il y a vingt ans, ce n'était pas commun) et j'ai développé une fascination, un amour lointain pour ce pays presque plus par habitude que par envie.


L'anglais m'est venu d'une manière très singulière, très 17ème siècle, à travers Romeo & Juliet de William Shakespeare que j'ai essayé de lire en français. Le texte m'a énormément déplu dans la traduction, il était martelé de faussetés, d'inélégances, et pourtant cette histoire était tellement puissante que je ne voulais pas rester sur cette impression négative. J'ai pris la version bilingue du texte et je l'ai lu, morceau par morceau, pour comprendre l'anglais et pour apprendre ces mots très anciens, cette grammaire des prémices de l'anglais moderne et comme ça, l'anglais s'est installé en moi comme ma deuxième langue maternelle.

Ecrire en français ne m'est pas compliqué mais présente certains challenges. Je parle un français un peu hybride, marqué de pas mal d'anglicismes et de références culturellement anglophones. C'est d'ailleurs le premier compliment que j'ai reçu sur mon manuscrit "On dirait un roman américain mais écrit en français." Mon éditrice a fait un travail formidable sur mes anglicismes, pour rendre certaines phrases de mon manuscrit plus cohérentes. Derrière chacune force se cache une faiblesse conjointe et mon amour d'anglais en fait partie.

#livres #auteur #publication #anglais #bilingue