Rechercher
  • Carole

Le wedding body, comme le summer body, est une expression que de nombreuses femmes connaissent, qui apparait au printemps dans les blogs et les magazines féminins. Lors d'une story il y a quelques jours, j'ai voulu parlé de ma routine avant le mariage pour rester en forme et j'ai eu plusieurs retours me reprochant de ne pas promouvoir une image saine en parlant de wedding body et de ma routine sportive et diététique. Alors pourquoi est-ce que j'ai ressenti le besoin, l'envie, la liberté de parler de mon wedding body et des efforts que j'ai souhaité faire ? Quelques réponses.


Mon Corps est A Moi

Ce blog post est particulièrement personnel car il touche a un sujet qui l'est tout autant: mon corps. Je suis rarement touchée par les commentaires négatifs en ligne, mais j'étais surtout déçue de voir qu'en 2020, à l'heure où l'on parle de body positive, je n'avais pas le droit de parler du fait que j'aime me sentir en forme, plutôt mince, un peu musclée, sans que cela ne soit pris comme une adhésion à des diktats de mode ou que je ne sois accusée de promouvoir un style de vie malsain. Mon corps est à moi. Il est de mon devoir, de mon avenir, de pouvoir vivre en accord avec lui et de trouver des moyens de me sentir bien avec lui.


Le Sport m'Aide à me Sentir Mieux

J'ai une relation au sport qui n'est pas tant lié à la performance (je déteste le cardio par exemple) qu'au bien être. En dehors du cheval que je pratique toutes les semaines, les sports que je pratique au quotidien peuvent varier énormément en fonction de mes envies et de mon emploi du temps. Parfois, je fais deux ou trois fois par semaine chez Dynamo pour faire du Soul Cycle. Certaines semaines, j'ai fait 3 séances de BodyPump chez Neoness. Parfois j'ai fait 3 séances de Yoga chez Qee. Parfois je fais de la danse classique sur DanceFloor ou sur des chaines YouTube. Parfois je ne fais rien. Parfois, je fais tout ça chez moi. Ce matin avant d'écrire ce post, j'ai fait 200 abdos dans mon salon avec Percy qui m'empêchait de le faire correctement. Ce que j'aime, c'est me sentir mieux après le sport. Peu m'importe le sport qui m'y emmène.



Je Mange au Mieux malgré mon IBS

IBS (Irritable Bowel Syndrome) est une maladie peu reconnue, sans gravité, mais très pénible au quotidien. Depuis mes 15 ans, mes parents vivent avec une liste de produits "interdits" par mon régime alimentaire car mon corps réagit parfois très fortement à certains ingrédients (maïs, par exemple, que j'ai arrêté depuis mes 15 ans alors que j'étais une grande fan). Avec le temps, j'ai appris à remanger de nombreux ingrédients, et à vivre avec cette maladie désagréable, notamment en faisant attention à mon rythme de repas et aux quantités. Quand je fais un gros repas le dimanche, il faut souvent que j'aille faire une sieste ou a minima que je m'allonge pour faire baisser la douleur. Je suis à l'écoute de mon corps et je ne me nourris que de choses qu'il tolère bien et que j'aime manger.


Mon Hygiène Diététique est une Habitude.

Disons le en toute transparence : dans ma vie "d'avant", quand j'étais comédienne, je pesais dix kilos de moins. Non pas parce que je m'affamais mais car mon rythme de vie était différent. Je ne me levais pas à 6h tous les matins, je n'étais pas stressée, je dormais plus longtemps, je n'avais pas d'horaires précis pour déjeuner ou dîner. Une partie de mon métier était aussi de garder un corps agile, me permettant de jouer n'importe quel rôle. Manger sainement faisait partie de cette routine. Mon corps était mon outil de travail. C'est notamment pour ça que j'ai dû arrêter quand j'ai eu mon accident de cheval : mon corps ne me permettait plus de travailler sans souffrir.


Photoshoot pour la marque OPUS en 2012

Le Stress a des Effets Dévastateurs sur mon Corps

Depuis que j'ai lancé JOONE j'ai pris sept kilos. Il serait facile de dire que c'est à cause des restaurants et des soirées, mais je ne sors que très peu et je n'ai aucun problème à choisir le plat sain quand je vais déjeuner. Ce qui a un effet dévastateur sur mon corps et donc sur mon poids, c'est bien le stress. L'été dernier, j'ai perdu 4 kilos en 3 semaines de vacances, sans rien modifier à mes habitudes alimentaires ou sportives, cet été c'était 2. Ils sont repris généralement fin Septembre. Je ne peux pas faire grand chose contre le stress au quotidien que je ne fais pas déjà : maintenir une hygiène de vie aussi saine que possible, faire du sport, reposer mon corps vraiment, méditer, prier, avoir mes chiens au bureau avec moi.




Je Déteste me Voir en Photo

Cela parait paradoxal, notamment car je poste beaucoup sur Instagram et que j'ai fait beaucoup de photos quand j'étais actrice, mais je n'aime pas me voir en photo. Je repère en premier tous mes défauts, et je ne vois que ça. Il existe très peu de photos où je me trouve "jolie" et ce sont souvent des photos que les gens n'aiment pas trop, comme cette photo de Julien Brugnat où l'on ne me voit très peu. Je fais beaucoup de communication pour JOONE, et je dois donc être toujours prête et à l'aise devant un objectif ou une caméra. Pour mon mariage, je vais être filmée et photographiée pendant trois jours, ce qui est un vrai challenge et une véritable source de stress pour moi. Malgré mes efforts, je conserve de nombreux complexes avec lesquels je vis au quotidien, comme certainement pas mal d'autres femmes et d'hommes (car on parle peu du fait que parfois, les hommes peuvent être complexés).



Pour toutes ces raisons, j'ai en effet envie de parler librement de mon wedding body, tout comme je parle de mon sport, de mon végétarianisme, de mes habitudes de vie, sans en faire la promotion. Nous avons toutes des corps, des vies différentes avec lesquelles nous devons composer. Et plus que jamais, je respecte le choix de chacune (et chacun) de faire avec soi-même comme il le souhaite.


  • Carole

Mardi dernier dans la cadre du #FFDAY de France Digitale, nous avons discuté avec Deborah Loye des Echos et Rania Belkahia, entrepreneur.e et investisseur.e chevronnée, de comment fermer sa boîte. Ce genre de sujets est forcément difficile à aborder. Dans le monde de l'entrepreneuriat où nous sommes toujours animés par une envie de toujours mieux faire, par une résilience à toute épreuve, il est parfois difficile d'accepter qu'il faut, un jour, arrêter.



Et pourtant.

Si vous avez lu mon article lors du confinement sur le triage des startups en crise économique, vous savez que 40% des structures ne pourront soit pas se lancer, soit ne pas survivre en l'état. Ecrit en Avril, cet article n'est malheureusement pas si loin de la réalité. Depuis le début de cette crise sans précédent, j'ai fait une vingtaine, une trentaine de lives avec ma communauté, et certainement le double en sessions téléphones avec des amis, des connaissances, des gens qui m'ont contacté sur Instagram, sur Linkedin ou via notre programme d'accompagnement SISTA x BOLD pour parler de toutes ces choses qui se passent différemment, ou parfois simplement mal, depuis la crise. Alors aujourd'hui, nous allons parler du sujet qui fâche le plus : comment arrêter ?

Pour ceux qui n'ont pas lu l'histoire du crash de ma première boîte, elle est ici.


Savoir Quand S'arrêter

Le plus difficile est évidemment de prendre la décision. Comme toute rupture, une fois que l'on décide d'arrêter, on ne peut plus revenir en arrière. Et comme l'humain est conditionné pour avoir de l'espoir, nous sommes donc très réticents à accepter que l'histoire est terminée. Il faut donc faire son deuil de cette aventure entrepreneuriale et accepter de passer à autre chose.


Les 5 Etapes du Deuil

Le Deni, lorsque l'on se dit que certes, il n'y a plus de cash pour tenir 30 jours mais qu'on attend un coup de fil d'un contrat qui permettrait de repartir; que la BPI ou la banque a promis de regarder une demande de prêt qu'on pense obtenir même si les indicateurs sont au rouge; que ce n'est pas si grave et qu'on va trouver une solution.

La Colère, lorsque l'on commence à râler sur telle décision qui a été mal prise, tel personne qui n'a pas fait son travail, tel contrat qui n'est pas signé, tel jour où telle chose s'est passée, bref la somme de toute ce qui n'est pas allé et qui aurait pu, aurait du, ou devrait, par sa resolution imminente, sauver la boîte.

La Négociation arrive lorsque l'on réalise ce qui se profite et qu'on lutte pour l'accepter. C'est à ce moment là qu'on tente le tout pour le tout, qu'on appelle tout le monde pour chercher une solution miracle, que l'on rentre dans des choses parfois très irrationnelles. Je me souviens, la veille de la liquidation de MommyVille, avait appelé Jean de Kima pour lui demander (alors qu'il était investisseur dans mon concurrent) s'il ne voulait pas mettre un peu de sous dans la boîte pour qu'on puisse vivre un peu plus. Avec toute sa gentillesse, Jean m'avait dit non, en me disant qu'il était temps que je sois objective.

La Depression arrive donc avec la prise d'objectivité : on a enfin compris que c'était fini, et le premier sentiment est un énorme sentiment d'échec et de dévalorisation de soi. Comment ai-je pu en arriver là ? Je suis trop nul ! J'ai tout raté ! sont des questions négatives qui tournent en boucle.

L'Acceptation est la dernière étape, et celle qui va permettre justement de rebondir. C'est là que la résilience d'entrepreneur reprend le pas, et permet de se dire que ok, c'est fini, et donc qu'il faut mettre en place la fin. Il faut accepter de dire les mots "je vais liquider ma société" et le mettre en place.



Bien Gérer la Communication en Cascade

Une annonce aussi importante va avoir l'effet d'un coup de massue pour tout le monde, et va tourner assez rapidement. Il est donc important de savoir qui doit être prévenu en premier, et de mettre en place une cascade de communication pour que l'information circule sans blesser personne. En premier lieu, je conseille d'annoncer la nouvelle aux collaborateurs et aux investisseurs, qui sont les premiers à avoir besoin de connaître l'information. Ensuite, vous pouvez informer votre 1er cercle (amis, famille), vos prestataires, partenaires. Enfin, vous pouvez informer la presse une fois que tous les gens qui travaillent avec vous, de près ou de loin, sont informés. Les communications doivent être bienveillantes, brèves, et donner de la perspective aux gens : ne pas proposer de solution miracle mais leur assurer que des touch points individuels seront organisés et fournir un horizon de projection (1 semaine, 1 mois)


Accompagner Vos Collaborateurs

En tant qu'entrepreneur, nous trouvons une fierté accrue dans le fait de créer des emplois. Le fait d'en détruire est littéralement une des pires choses que l'on puisse vivre en tant que CEO. La priorité absolue est, selon moi, d'accompagner ces gens qui vous ont fait confiance. Il faut leur donner un peu de perspective sur l'avenir même si c'est en effet difficile. Donner des informations précises sur les droits, les différentes étapes qui arrivent (quand est ce qu'ils arrêtent de travailler ? seront-ils payés ? jusqu'à quand ? auront-ils droit au chômage ?). Ensuite, il faut essayer de se rendre disponibles pour l'après, notamment en les aidant à refaire leur CV et à préparer des entretiens (super conseil donné par Rania lors de notre talk), et aussi faire savoir à votre réseau d'entrepreneurs que ces talents sont disponibles.




Préparer des Documents Clairs

Une liquidation est une étape juridique, il faut donc profiter du moment avant la liquidation pour bien ranger sa chambre : mettre en ordre les factures traitées, à traiter, les impayés, les relevés de comptes, les contrats etc. C'est un peu comme préparer une Data Room pour une Due Diligence.


Se Faire Accompagner

Avoir un conseil pour la société et un autre conseil pour vous en tant qu'entrepreneur est certainement une super option, même si en effet, elle est coûteuse. A minima, essayez de vous faire accompagner par quelqu'un de votre réseau d'entrepreneurs (Réseau Entreprendre, StartUp Leadership, Gallion etc) pour avoir un partenaire professionnel dans cette étape. Un échec arrive à tout le monde, le vivre seul n'est pas une fatalité, et surtout pas une punition à s'infliger.


Bien se Comporter

On ne le dira jamais assez, mais bien faire les choses est indispensable dans ces moments-là. C'est à la fois le moyen de laisser un bon souvenir à vos investisseurs (utile pour financer une future boîte) ou a vos collaborateurs (Lucie, qui est chez JOONE, était chez MommyVille avec moi). Dans la mesure du possible, il faut essayer de ne pas laisser un goût amer aux parties prenantes et essayer donc de se comporter le mieux possible.



Travailler avec le Juge et le Liquidateur

Le Juge et le liquidateur seront, normalement, très gentils. Ils ont malheureusement habitués à voir des gens dans votre cas. C'est le liquidateur qui s'occupera de regarder toutes les créances et de mettre en vente ce qui doit être cédé afin de rembourser le plus de gens possible

Quelques choses à savoir.

  • Vous avez 45 jours après cessation de paiements des salaires pour liquider votre structure si vous voulez que les impayés soient pris en charge par la couverture mise en place par l'Etat. Je vous conseille de respecter ce délai.

  • L'URSAFF et les salaries sont prioritaires sur tous les paiements dus. Traitez ce point au plus vite car c'est le plus urgent.


Savoir Rebondir

Un échec se valorise sur le temps. Une fois la tornade de la liquidation passée, il faut prendre le temps de s'en remettre, de se poser, de panser ses plaies, et de faire un bilan. A titre personnel, après la liquidation de ma première boîte, je suis partie habiter à Nantes plusieurs mois chez ma meilleure amie et je l'ai aidée à préparer son mariage. Ca m'a fait un bien fou. J'ai aussi écrit mon premier roman pendant cette période. J'ai pris 6 mois loin de l'eco-système pour vivre un peu autre chose. J'ai pu compter sur la solidarité de ma famille, de mes amis (assez utile quand on est interdit bancaire pendant 4 mois).


Février - Aout 2016 : tous ces gens ont été merveilleux avec moi

Notre mariage est littéralement dans 2 semaines aujourd'hui. Chaque jour qui passe je réalise un peu plus, et c'est très grisant ! Je ne suis pas vraiment paniquée, à part une petite inquiétude sur le COVID19 et les différentes mesures qui peuvent changer d'ici là.


Tout est (presque) prêt, les trains, les hôtels, les détails.. même si je ne peux pas m'empêcher de me dire qu'il y a encore plein de détails à gérer, et pour la control freak que je suis, c'est un vrai enjeu d'accepter de déléguer autant de chose à Estelle, notre wedding planner.


J'écris plein de listes sur l'application NOTES de mon iPhone pour pouvoir suivre ainsi ce qui me reste à faire et ce que je dois encore valider ...





Ce qu'il Reste à Faire


Ramener ma Robe

Ma robe était coincée dans un pays étranger, je ne l'ai toujours pas essayé, il est donc temps qu'elle arrive pour que j'arrête de faire ce rêve étrange où je n'ai pas de robe pour me marier.


Finaliser les Commandes de Vin

Nous avons goûté beaucoup trop de vins pour moi qui ne boit jamais d'alcool. Comme nous nous marions dans la région de Châteauneuf du Pape, nous avons choisi des vins locaux, notamment pour limiter l'impact carbone et ne pas faire voyager des vins à travers la France.


Faire le Seating Chart

Nous devons faire deux seating charts : un pour l'Eglise (pour respect des mesures COVID) et un pour la salle de réception. Notre salle de réception est très grande donc nous allons pouvoir bien respecter les distances !


Envoyer notre Playlist

Nous avons eu la chance d'avoir un super DJ pour notre mariage (DJ LEAM du collectif les 7 Salopards). Il nous a demandé une playlist inspiration pour qu'il sache ce que nous aimons comme son. Il faut lui partager et choisir la musique d'entrée de bal.


Imprimer les Petites Papeteries

Il reste plusieurs choses à imprimer, comme les noms de place, les menus, les protocoles COVID à distribuer.


Derniers Essayages Make Up et Coiffure

Comme je vais avoir plusieurs coiffures et plusieurs makeup, il y a donc d'autant plus de test à faire en amont. Pas toujours évident de trouver le temps, mais comme c'est une des parties que je préfère, je suis assez heureuse de le faire !


Faire les Valises

Très dur de visualiser tout ce dont je vais avoir besoin pendant le week-end... d'autant plus qu'il faut aussi faire la valise pour notre mini-moon car nous partons dès le lendemain pour quelques jours.

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon

© 2020 by Carole Llewellyn

All texts & images belong to the author and may not be reproduced without permission.